L’affaire Dago, un grand flou

L’attaquant congolais Dago Tshibamba sous contrat avec la Team vert et blanc pour deux ans avait obtenu l’accord de celui-ci pour aller effectuer un test en Russie.

L’administration du DCMP a, bien entendu, dans l’intérêt du joueur, coopérer afin que sa sortie du pays et éventuellement son transfert se fassent dans de bonnes conditions.

Mais voilà que les déclarations de l’entourage du joueur dans la presse font passer une rocambolesque histoire selon laquelle des complications administratives viendraient du club de Kinshasa et que le joueur devait revenir au pays.

Le comité du DCMP s’étonne quant à ces déclarations qu’il place sous la coupe de la mauvaise foi et du mensonge orchestré par ceux qui ne veulent pas dire des vérités à l’opinion.

Si le joueur Dago Tshibamba avait réussi son test dans la formation de Rostov en Russie, le bon sens voudrait qu’il signe un contrat qui lui permettrait d’entamer la procédure pour l’obtention d’un permis de travail. Mais à la place, les proches du joueur et lui-même (à travers un compte officiel) évoque une complication administrative qui aurait pour origine l’inversion des éléments de son nom (sic).

Le comité Hassan voit en cette agitation comme un vent qui ne peut perturber le travail qui s’accomplit en ce moment pour préparer la saison 2018-2019 du club. Et au moment de la rédaction de cet article, une demande émanant d’un autre groupe des managers du joueur Dago (il en a combien finalement) réclame au DCMP une lettre d’autorisation de visite médicale pour le club ukrainien de Dynamo Kiev et aussi possibilité de voir Dago revenir dans DCMP jusque décembre 2018 en attendant de nouvelles possibilités de transfert en Europe.

Laisser un commentaire